superstars
  • Accueil
  • Societe
  • Njama Ñaaba ou le retour en force des ambassadeurs de la culture Balante
Politique Societe

Njama Ñaaba ou le retour en force des ambassadeurs de la culture Balante

Porte étendard ou porte drapeau du peuple Balante, le groupe musical Njama Ñaaba est un orchestre fondé en 1994 à Niafor, en plein cœur du Balantacounda, dans l’actuelle région de Sédhiou par un groupe d’amis d’enfance issu de cette localité. C’est un groupe musical qui chante dans presque toutes les langues de la Casamance.

Le nom (Njama Ñaaba) est donné à ce groupe, en honneur à une héroïne Balante qui s’appelait Njama Ñaaba. Elle fut une vraie amazone, une meneuse d’homme, une vraie légende dans la communauté des Béja, le vrai nom des Balantes. Elle avait en son temps, mené de farouches expéditions guerrières en présence des hommes qu’elle dirigeait à cette époque. Puissante, elle était dotée d’un pouvoir mystique qui lui confère aujourd’hui, un rang sublime dans notre communauté.

Après sa création, le groupe a connu le déplacement de certains de ses membres, partis poursuivre leurs études pour les uns, leurs métiers pour les autres. Entre 1995 et 1996, Njama Ñaaba retrouve certains de ses ténors, et un nouveau départ se relance à nouveau. Peu après, Omar Mané, sorti de l’école nationale des beaux-arts dans les années 2000, devient le lead vocal incontesté du groupe. Quelques années plus tard, il fait montre d’un engagement colossal dans la valorisation et la vulgarisation de la culture Balante à travers la musique. Une voix sublime, accompagnée d’une mélodie de qualité avec des productions musicales qui ont fini de faire le tour du monde.

Ambitieux, Njama Ñaaba s’investit dans la recherche d’autres rythmes africains comme l’afro beat, des rythmes qui puisent dans la culture et dans les valeurs de civilisation négro-africaine, leur source d’inspiration. Professionnelle, la bande d’amis exploite tous les genres musicaux de la région naturelle de la Casamance, en enrichissant également son répertoire par des mélodies originales et authentiques.

Traditionnellement vacciné et agguéri, Njama Ñaaba émerveille les publics de la sous-région notamment en Gambie, en Guinée Bissau ou encore au Mali avec leur fameuse prestation tant vantée au « Festival du Triangle de Sikasso », où tout a vraiment décollé à l’international. Il fallait attendre l’année 2015 pour assister à une page très sombre du groupe. Un coup dur s’abat sur le toit du peuple Balante avec le rappel à Dieu du lead vocal, Omar Mané, un vendredi 9 Janvier (Ndlr : 2015) à l’hôpital régional de Ziguinchor. Agé de 34 ans, Omar rejoint le ciel, laissant orphelin un terroir, une région, mais surtout une communauté dont il était l’un des plus grands ambassadeurs.

Omar, un garçon d’une dextérité attrayante à la guitare et d’une voix de rossignol au micro développait un style nouveau, né d’un mélange de sonorités diverses de la Casamance naturelle avec le balafon comme instrument de préférence dans la composition musicale. Après son rappel à Dieu, l’inquiétude planait sur le futur du groupe, d’où le soutien répété des associations Balantes de tout bord, à Madigoye Sagna, l’infatigable Manger du groupe. Heureusement qu’il y avait du bon management avec ce dernier qui a su remobiliser les troupes, pour continuer la revalorisation et la promotion de la culture Balante partout dans le monde. C’est ainsi que « Yamdé » Gilbert Diatta alors batteur du groupe, devient le nouveau lead vocal de l’orchestre en 2016. Depuis lors, Njama Ñaaba reprend son activité avec une tournée dans la sous-région et des concerts entre Dakar et les autres régions du Sénégal. Des concerts et des festivals s’en suivent avec pleins d’autres activités qui vont marquer le cours de notre histoire. La semaine dernier (Ndlr : du 07 au 09 Février), Njama Ñaaba a fait vribrer aux rythmes Balantes, la région de Sédhiou, lors du Festival International de la région casamançaise.

A rappeler que les protégés de Sona Mané ont sorti deux albums du vivant d’Omar et un troisième à titre posthume. Le premier est intitulé Balusna kijaago « valorisons notre culture » en Balante. « La culture balante traverse une dangereuse pente. Il nous faut la redresser. Cet album qui nous a lancé a apporté les résultats escomptés. Il faut voir avec quel enthousiasme les jeunes entonnent notre musique à travers les concerts », avait déclaré Omar Mané à l’occasion d’un point de presse. Le deuxième album s’intitule « Doua », une sollicitation de la bénédiction des sages pour un meilleur épanouissement des jeunes qui sont l’espoir de l’avenir. Le troisième album, sorti à titre posthume est intitulé : « Binino ». Un hommage à la femme plus particulièrement, les braves femmes Balantes (young Balante).

Le groupe :

Lead vocal : Gilbert Diatta

Chant chœur : Sona Mané

Batterie : Gilbert Diatta (Nouveau lead vocal)

Bass : Napoléon Moussa Biaye

Claviers : Malamine Mané

Percussions : Michel Sadio et Famara Mané

Manager : Madigoye Sadio

Related posts

Fact Checking : Cette information de Senego sur Kilifeu est un mensonge

Cherif Sadio

Rwanda : L’opposante Diane Rwigara et sa mère acquittées

Cherif Sadio

Ousmane Sonko (TV5) : « La croissance du Sénégal est extravertie et elle sort toujours du pays »

Cherif Sadio

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Superstars est le site d'information indépendant lancé en Août 2018 autour d'Alain djiboune avec une équipe éditoriale de plus de 10 journalistes. Le site superstars.sn est ouvert aux contributions de ses abonnés.