superstars
  • Accueil
  • Musique
  • Et si on foutait la paix à Mame Gor Diazaka, à Nit Doff, à Karim Xrum Xax ?
Musique People Politique Societe

Et si on foutait la paix à Mame Gor Diazaka, à Nit Doff, à Karim Xrum Xax ?

Dans une démocratie, il faut accepter la différence des positions et surtout aller dans la confrontation des idées. Il y a et il y aura toujours des gens qui soutiendront le pouvoir tout comme d’autres qui défendront l’opposition. Cependant, tout doit se faire dans les règles de l’art. En effet, la musique a toujours servi les hommes politiques. Les artistes ont toujours réclamé le titre de « défenseur du peuple ou la voix des sans voix ». Comprise comme étant une expression populaire ou une expression du populaire, le rap ou le « Hip Hop » porte toujours ce potentiel militant, cette voix contestataire sans équivoque.

© Chérif Sadio – Le rap est à la base une musique engagée, avant que d’autres courants issus de son milieu ne tentent de vouloir changer sa trajectoire. Mais, malgré la naissance de nouveaux courants musicaux, le rap a su garder des conservateurs à l’image de 2Pac (USA), Eminem (USA), Kery James (France), Bobie Wine (Uganda) etc. Au Sénégal, les rappeurs ont pour la plupart été des contre-pouvoirs depuis les années 2000, date de la première alternance. Le dernier événement en date remonte à l’année 2011-2012, où la majorité des rappeurs a contribué à la chute du régime d’alors qui était dans une anarchie totale (avec des ministres incontrôlables qui se permettaient de tout pour tout).

Après la validation officielle des cinq (5) derniers candidats à l’élection de Février 2019, l’enjeu est devenu plus que jamais une question de temps. Il semble que le même vent qui a fait chuter Wade est celui qui est en train de souffler avec la même histoire qui se dessine pour les deux prochains mois. Et l’année 2019 sera déterminante, puisque des voix musicales se lèvent déjà. Après « Djogoufi » (Il est toujours là) de Keur Gui qui a par la suite mis à l’écoute « saï saï » (le trompeur), le jeune comédien « Jaw Ketchup » (sans officiellement prendre position pour le régime) à « clashé » les rappeurs et membres du mouvement « Y’en A Marre » dont la vidéo a atteint un million de vues sur Youtube en moins d’une semaine.

Récemment, le « Mbalax-man » Mame Gor Diazaka a pris position. Il a officiellement apporté son soutien au Président sortant, Macky Sall qu’il défend ardemment. Un choix qui lui a valu des piques, des attaques, jusqu’à faire naître un nouveau mot dans le dictionnaire Wikipédia : la « Diazakalisation » (le boycott). L’auteur de « Diazakaya xayrabé » a accusé le coup de son rapprochement à Macky Sal dont le mandat est viscéralement critiqué (négatif) par la classe du Hip Hop actuel composée à majorité des membres de Y’en a marre, le mythique groupe de la société civile sénégalaise.

Mame Goor n’est-il pas dans son droit de défendre celui qui il pense être le meilleur choix, puisque nous parlons de « démocratie », où chacun a le libre choix ? Sauf que défendre Macky Sall dont le mandat est ponctué d’arrestations, d’exil « diplomatique », de crise scolaire, sécuritaire, de corruption … (à l’image du régime de son prédécesseur Me Wade) semble ne pas être défendable aux yeux de la plupart des détracteurs du mari de la député transhumante, Fatou Thiam, ex-membre du PDS qui a récemment ralliée le camp du pouvoir.

Si l’ancien manager de Bamba-J Fall a reçu plusieurs discrédits et de piques, les rappeurs du camp opposé ont plutôt récolté des fruits de leurs engagements aux côtés des populations et de l’opposition. Dans une annonce qui est en train de faire le tour des réseaux sociaux (cette photo en Une), il y est annoncé que les rappeurs Niit Doff, Rex-T, Karim Xrum Xax, Ada Kanibal et PPS tiendront un concert intitulé « Appel aux patriotes » en soutien au candidat Ousmane Sonko qu’ils qualifient de « Solutions pour un Sénégal meilleur », comme ce dernier l’a décrit sans son dernier livre qui porte le même nom.

Un concert qui va sans aucun doute faire le plein parce quiconque connait Niit Doff sait qu’à lui seul peut remplir un stade au Sénégal. Ce qui lui a valu le nom du « King des stades ». Ajouter Rex-T, Mass 36, Ada Kanibal et PSS dans un même événement ferait de ce concert une opération « Weur Ndom » bise. Car, en 2011, Simon, Kilifeu, Thiate, Xuman, Fou Malade etc. étaient au summum de leur art et ils étaient les plus en vogue à cette époque.

Ce coup de pouce des rappeurs sera certainement minimisé mais il sera de taille pour l’opposition et la coalition de Ousmane Sonko en particulier. La question qui s’impose donc est la suivante : Pourquoi refuser à Mame Gor de militer en faveur du camp du pouvoir ou ce sont ses attaques visées qui déragent ? Ou il est plus légitime d’être avec l’opposition qu’avec le pouvoir ? Pour la réponse, rendez-vous le 24 Février, date à laquelle le vainqueur se saura. Mais avant cela, la campagne électorale sera âpre pour chaque camp. L’essentiel, c’est que tout se joue dans les règles de l’art et de la démocratie sénégalaise.

© Chérif Sadio.

Related posts

Kobe Bryant ambassadeur de la Coupe du Monde FIBA 2019 !

Cherif Sadio

Tay Iwar est le joyau caché du Nigéria

Cherif Sadio

La « Sonkophobie », une haine des anti-impérialistes, panafricanistes … (Guy Marius Sagna)

Cherif Sadio

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Superstars est le site d'information indépendant lancé en Août 2018 autour d'Alain djiboune avec une équipe éditoriale de plus de 10 journalistes. Le site superstars.sn est ouvert aux contributions de ses abonnés.